Archives de Catégorie: Uncategorized

Station Héraclite (2016-2017)

La Station Héraclite est un projet articulant art et science autour des pratiques d’observation. Pour cette année, nous avons choisi un objet commun : l’eau.

Si dans le champs des sciences du milieu, l’observation de phénomènes s’opère sans interférence de l’observateur, au contraire, dans le champ des sciences sociales, des sciences de l’homme et des pratiques artistiques, la présence de l’observateur tend à s’affirmer pour assumer une forme de co-présence et de co-création du savoir. En art, la question de l’observation et de la présence prend toute son importance quand l’enjeu n’est pas tant de produire que d’interroger notre rapport au monde.

Une artiste, Céline Domengie (artiste et doctorante laboratoire CLARE / Université Bordeaux Montaigne / http://clare.u-bordeaux3.fr) et trois scientifiques, chercheurs et techniciens, Benoit Sautour, Pascal Lebleu et Isabelle Billy (http://www.epoc.u-bordeaux.fr) interviennent auprès des experts…
Les structures impliquées :
L’exercice d’observation est mené sur le terrain par ceux qui l’habitent, aussi, nous les appelons des experts. Ces experts viennent de deux établissements pédagogiques et d’une association :
– deux classes (CM1/CM2) de deux écoles primaires : Fongrave et Saint Etienne de Fougère (près de Villeneuve sur Lot)
– deux classes de 6ème du collège de Bègles (33)
– un groupe d’adultes de l’association Relais (insertion sociale /Villeneuve-sur-Lot).
Voici quelques images :
Une classe du lycée Louis Couffignal travaille à la transformation du Grand Photographe en station d’observation mobile.
Un groupe d’étudiants en biologie (Licence 3 / Université de Bordeaux)  accompagne les experts en travaillant sur les protocoles de relevé de données, les outils de partage des méthodes expérimentées (site internet interne : http://projet-heraclite.comxa.com/) et la médiation scientifique (interview pendant l’année et médiation scientifique lors de la restitution finale).
Un groupe d’étudiants en arts plastiques et en science de l’homme (Lincence 1 & 3 / Université Bordeaux Montaigne et Université de Bordeaux) travaille sur les représentations culturelles de l’eau et sur la préparation de la restitution finale.

Camera Oscura / Château de Duras (2014-2015)

A partir de la présence d’un important chantier à Duras, la restauration de certaines parties du Château, les élèves ont découvert la mise en oeuvre de ce chantier à travers une expérience photographique.

Ce faisant, différentes disciplines ont été mobilisées : l’éducation du regard, l’histoire des arts, les arts plastiques, le français, l’optique, la découverte des métiers (rencontre avec l’architecte des monuments historiques, les artisans), l’orientation (découverte de formations offertes par un lycée professionnel), dans une approche articulant pratique et théorie.

Une grande exposition présentant le travail des élèves fut réalisée en étroite collaboration avec la ville de Duras et l’équipe du Château grâce à un investissement aussi bien financier qu’humain et une médiation adaptée au projet. Cette exposition a été présentée à Duras durant toute la saison estivale : au Château, dans la ville et à la bibliothèque municipale, touchant à la fois un public de « proximité », les parents, les habitants, mais aussi les visiteurs venus en vacances. Ce projet a rayonné à l’échelle départementale et régionale avec une présence dans le cadre du Mai de la Photo (Villeneuve sur Lot) et au Festival des Lycéens (Cenon, 33).

Les classes impliquées :

– les élèves de CE1/CE2 et CM1/CM2 de l’école de Duras

– les trois classes de 5° du collège de Duras

– les classes de 2°TCB et 1°TEBA du lycée professionnel des métiers de l’habitat Louis Couffignal de Villeneuve s/Lot.

Au total sept classes d’élèves ont été impliquées dans un projet permettant la circulation des savoir à travers différents niveaux d’études grâce à la rencontre entre les équipes pédagogiques des différents établissements.

Le travail photographique :

Toutes les classes ont réalisé leurs propres appareils photos : des camera oscura fabriquées avec des boîtes à chaussures. Au coeur de ce projet pédagogique : l’éducation au regard, mais aussi, la question du temps. Le temps nécessaire à la construction de toute chose est une notion fondamentale à une époque où tout va si vite et où tout semble immédiat, les choses ont besoin de temps pour s’élaborer. Cette réflexion sur la temporalité vient résonner avec les chantiers mis en oeuvre au château et les restaurations qui lui permettent de traverser le temps.

Les élèves de l’école primaire ont travaillé sur l’imaginaire collectif et le lien entre les Duracois et leur château à travers le temps.

Les collégiens ont travaillé sur l’idée du voyage dans le temps et la rencontre d’une créature merveilleuse. A partir des images réalisées, les élèves ont rédigé des textes et mené un travail de dessin accompagné par leurs professeurs de lettres et d’arts plastiques.

Les lycéens ont construit une camera oscura géante Le Grand Photographe installée au château tout l’été. Cette camera oscura est une sorte d’appareil photo rudimentaire à l’intérieur duquel on peut entrer et contempler la naissance d’une image.

Ils ont aussi réalisé des petites camera oscura individuelles. À travers l’exercice photographique ils ont interrogé l’histoire des techniques mobilisées dans la restauration du château. Cette recherche a donné lieu à l’élaboration d’une vidéo-conférence.

Restitution / Les temps forts :

Exposition «CAMERA OSCURA» / Vernissage le 12 juin 2015 à 11 heures au château de Duras.

L’exposition se déploie sur le parvis du château, dans le château, sous la halle du village et à la bibliothèque.

Installation «Le grand photographe» : Présence au Mai de la Photo de Villeneuve sur Lot du 30 avril au 31 mai, vernissage le 30 avril à 18h30 au Musée de Gajac.

Présence au Festival des Lycéens les 11 et 12 mai à Cenon (33).

L’auberge du lointain (2014-2015)

Troisième volet du projet d’éducation artistique et culturelle « Pas de Fumel sans feu » avec les élèves des lycées de Fumel, l’Auberge du lointain aborde la question de l’hospitalité. Nous avons emprunté le titre à Antoine Berman, spécialiste des questions de traduction, et du passage d’une langue à l’autre.

Nous nous sommes appuyés sur trois registres d’inscription des ouvriers étrangers à l’usine de Fumel (années 1930 à 1936) afin de dresser la cartographie des pays d’origine de ces personnes. Le travail mené tout au long de l’année a donné lieu à des rencontres : Vincent Joinneau, historien qui a travaillé sur le patrimoine industriel du fumélois, Philippe Baqué, journaliste et collaborateur du Monde Diplomatique (voir son article sur l’immigration en Lot-et-Garonne : https://www.monde-diplomatique.fr/2014/09/BAQUE/50768) ; et des interventions d’artistes : Céline Domengie et Jean-Paul Thibeau.

Le 17 mars 2015, un grand banquet-conférence conçu par les élèves de 1ère (L & ES) et de CAP APR (Apprentissage Restauration Rapide), et cuisiné par les élèves de CAP APR, a été offert aux familles des élèves, afin de clore cette aventure.

30 avril / Vernissage : Les Transformations silencieuses

lts-flyer-recto

 

Le vernissage de cette double exposition aura lieu le mercredi 30 avril :

à 11 heures au lycée Louis Couffignal

et à 15 heures au Pôle Mémoire (Musée de Gajac) de Villeneuve sur Lot.

 

 

Horaires d’ouverture :

 Au lycée Louis Couffignal :

de 10h à 12h et de 14h à 17h

les lundis, mardis et mercredis,

jeudi 15, vendredi 16 et samedi 17 mai

 Au Pôle mémoire

du lundi au vendredi

de 9 heures à midi et de 14h à 17h

 

Cette exposition est programmée dans le cadre du Mai de la Photo, voir le programme ici

 

Pré-vente du catalogue d’exposition :

http://www.kisskissbankbank.com/les-transformations-silencieuses/

 

Projet pédagogique en cours : Atlas numérique Genius Loci

17102013-1tefi-chantier-3

 

 

 

 

 

Un chantier important est actuellement en cours à Villeneuve sur Lot (47) celui de la construction du Pôle de Santé du Villeneuvois. Il offrira le cadre d’un travail de création avec les élèves de quatre établissements : Le Lycée d’enseignement professionnel des métiers de l’habitat Louis Couffignal, le Lycée d’enseignement général et technique Georges Leygues, le collège Crochepierre et le collège Damira Asperti de Penne d’Agenais.

L’ensemble des travaux des élèves donnera lieu à une exposition présentée dans le cadre du Mai de la Photo de Villeneuve sur Lot. L’actualité de ce projet est mise en ligne sur le blog de l’Atlas Numérique Genius Loci.

Intervenants : Céline Domengie (artiste), Virginie Chibau (artiste), Julien Gachadoat (programmeur), Véroniq Lamare (artiste), Emmanuelle Colboc (Architecte), Sophie Wahnich (historienne).

La mise en oeuvre de ce projet est possible grâce à l’implication de différents partenaires: DRAC Aquitaine, CG47, CAUE 47, CDDP47, la ville de Villeneuve sur Lot, l’Hôpital Saint Cyr et l’association Le Belvédère.

Lancement de la publication du livre « Genius Loci »

L’association Le Belvédère a soutenu « Genius Loci » le projet artistique de Céline Domengie sur la construction du collège de Monflanquin (juin 2010-septembre 2011). Nous poursuivons cette aventure avec la publication du livre « Genius Loci, une approche expérimentée des chantiers » en collaboration avec les Editions T.

cartons-leger livre-leger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici les dates des rencontres autour de ce livre :

  • vendredi 25 & samedi 26 mai au Salon du Livre de Villeneuve sur Lot (47),
  • dimanche 2 juin à Cantemerle (47150 Paulhiac), de 11 heures à 17 heures, rdv à midi pour un déjeuner avec l’Ensemble Onigiri / sur réservation / participation aux frais du repas : 5 euros / pers.
  • dimanche 9 juin à 11 heures à La Cité Radieuse du Corbusier à Marseille, accueil par Palimpseste,
  • vendredi 14 juin à partir de 15 heures à la Cité Frugès du Corbusier de Pessac (à confirmer) puis à partir de 18 heures à la Cité des Castors de Pessac (visite de la cité à 18h) avec la présence des auteurs : Camille de Singly et de Jean-Paul Thibeau. Apéritif offert à 19h30 puis pique-nique à partir de 20h (auberge espagnole).

Plus de détails sur le projet ici

 

Pas de Fumel sans feu (2)

pas-de-fumel-sans-feu-2

 

 

 

 

 

A partir du mythe du forgeron de Fumel, les élèves ont re-découvert l’histoire de leur usine… A travers un spectacle conférencé, ces élèves vous présenteront non seulement l’histoire et la vie de l’usine, mais ils vous raconteront aussi le cheminement de ce projet pédagogique commencé il y a déjà deux ans…

Pas de Fumel sans feu (2),  un spectacle « conférencé » au Pavillon 108 le vendredi 17 mai 2013 à 20h30.